TER BreizhGo : un protocole d’accord entre la Région et la SNCF pour une qualité de service accrue


TER BreizhGo
© Philippe Fraysseix

 

Le Conseil régional et SNCF Mobilités travaillent depuis plusieurs mois sur une nouvelle convention pour l’organisation et le financement du TER en Bretagne. Le 28 juin dernier, Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne, et Frank Lacroix, Directeur général TER à la SNCF, ont signé le protocole qui en fixe les grands principes. La qualité de service mesurée du TER en Bretagne est en haut des classements nationaux mais la Région Bretagne souhaite faire encore mieux : le TER doit s’affirmer comme un mode de déplacement performant et innovant pour conquérir de nouveaux usagers.

Le contexte

Un parc de matériel roulant optimisé

L’ensemble des rames en service sur le TER BreizhGo sont neuves ou récentes. 26 trains Regio2N à double étages ont été achetés par la Région Bretagne pour un montant total de plus de 250 M€. L’âge moyen du parc matériel TER BreizhGo est ainsi passé de 23 ans en 2002 à 8 ans en 2019. Le Technicentre de Rennes, l’outil de maintenance, a parallèlement été redimensionné pour permettre d’entretenir l’ensemble de ce parc de manière performante et efficace. La Région y a financé, pour un montant total de 15 M€, un important programme de modernisation.

Un haut niveau de performance économique

En Bretagne, des efforts de productivité ont déjà été engagés depuis de nombreuses années permettant d’atteindre un niveau de performance élevé, avec le coût de production le moins élevé de France en 2017. C’est donc dans ce contexte favorable qu’ont pu être menés les échanges.

La contribution régionale prévisionnelle s’établit à 101,7 M€ HT en 2019.

Les enjeux

Proposer des modes de distribution et des tarifs adaptés

Une gamme tarifaire attractive est une condition essentielle pour attirer les voyageurs et rendre le TER accessible au plus grand nombre. Ainsi les abonnés, les jeunes et les personnes les plus fragiles socialement sont au cœur des préoccupations avec des tarifs adaptés. Côté distribution, les moyens modernes et dématérialisés sont les plus utilisés et leur développement doit se poursuivre. Les accueils aux guichets doivent, pour leur part, être adaptés, pour continuer à rendre un meilleur service, là où cela est nécessaire.

Développer la fréquentation

A la mise en service de la LGV, la Région a commandé 11% de trains.kilomètres supplémentaires pour le TER. La nouvelle convention porte de nouveaux objectifs de développement de l’offre TER, complémentaire à celle du TGV. La Région Bretagne est très attachée au développement utile des services de mobilité dont la performance et l’attractivité doivent se mesurer au regard de la satisfaction des usagers mais aussi de la croissance de la fréquentation.

Une confiance affirmée dans la SNCF

L’inscription de la nouvelle convention sur un temps long de 10 ans témoigne de la volonté de capitaliser sur la qualité de la relation entre la Région Bretagne et SNCF Mobilités.